Trolleybus & trams de Belgique et d'ailleurs

Le TVR de Caen

 

C'est en 1901 que la ville de Caen entre dans l'ère des transports en commun électriques avec l'inauguration de trois lignes de trams. Le réseau exploité mesure 11 kilomètres. Le 23 janvier 1937, l'autobus remplace le tram. En 1988, les autorités réfléchissent à un nouveau mode de transport et en 1991 le syndicat mixte des transports décide d'adopter le tramway sur pneus. En 1993, un appel d'offre européen est lancé et il se conclu par la signature d'un contrat de concession de 30 ans avec la société de transport sur voie réservée (STVR, regroupant Spie-Batignolles (infrastructures) et Bombardier Transport (véhicules). Le projet sera fort contesté et il deviendra un enjeu politique aux élections municipales de 1995. Refusé lors d'un référendum, le projet du TVR sera tout de même relancé. Un nouvel obstacle apparaît lorsqu' en 1997 l'enquête d'utilité publique remet un avis défavorable. Le Conseil d'Etat tranchera finalement en faveur du projet et les premiers travaux démarreront en mars 2000. L'inauguration aura lieu le 15 novembre 2002. La gestation du projet aura duré 14 ans! Un record.

Le véhicule de Caen en test à Jemelle en mars 1997.

 

Quelques données chiffrées (avril 2006) :

- Ligne de tram nord-sud de 15,7 km.
- Un tronc commun à Caen de 5,7 km
- 34 stations sont desservies
- 4 branches prolongent la ligne aux extrémités
- population desservie : 70.000 riverains
- Durée du trajet entre deux terminus : 30-35 minutes
- matériel roulant : 24 rames de TVR
- vitesse commerciale : 20km/h

 

Sur un plan technique, les véhicules de Nancy et de Caen ont les mêmes caractéristiques. La seule véritable différence se situe au niveau de la captation de l'électricité. Nancy a fait le choix de lignes aériennes type trolleybus. Caen a fait le choix d'une ligne aérienne type tram. Le TVR de Caen capte le 750V + par pantographe. Le retour s'effectue par le rail de guidage. Les véhicules de Caen fonctionnent donc en mode électrique uniquement en mode guidé. Lorsqu'ils doivent dédroper et quitter le rail, ils ne peuvent circuler qu'en mode thermique.

Véhicule de Caen avec pantographe.
Véhicule de Nancy avec perches de trolleybus.

 

Après un peu plus de trois ans de fonctionnement, un premier bilan peut être établi. Bilan technique tout d'abord: tout comme Nancy, le TVR de Caen a connu certaines difficultés mais dans une moindre mesure. La différence principale c'est que à Caen, le TVR circule uniquement en mode guidé. Il ne doit pas changer de mode (routier ou guidé) à plusieurs reprises. Les leçons tirées des incidents survenus à Nancy ont également servi à Caen. Parmi les incidents survenus à Caen, on notera tout de même l'usure très rapide des pneumatiques ayant conduit à deux éclatements de pneus (avec projection du protège roue), problème d'ornièrage à certains endroits...Au plan de la fréquentation: Le TVR de Caen (surnommé "La Chenille bleue") est entré dans les habitudes. En moyenne 40.000 personnes utilisent ce moyen de transport provoquant d'ailleurs certains moments critiques aux heures de pointe. Il serait souhaitable de pouvoir acquérir quelques rames supplémentaires pour pouvoir mieux répondre à la demande.

 

Un projet de deuxième ligne (est-ouest) est en train de voir le jour. Idéalement Caen souhaiterait installer une deuxième ligne de TVR mais hésite pour des raisons financières. En effet l'argument du constructeur annonçant le TVR comme étant 40% moins cher que le tram fer n'est pas exact. De plus, pour acquérir de nouveaux véhicules, il n'est pas possible de faire jouer la concurrence pour l'obtention de bonnes remises de prix. Bombardier est le seul constructeur de ce type de véhicule. L'autre système de trams sur pneus (TransLhor) est incompatible avec le TVR. Les alternatives pour cette ligne est-ouest seraient le trolleybus articulé ou des bus en sites propres. A suivre....

 

Sommaire des trolleybus
Sommaire des trams
Sommaire général